Est-il possible de sauver la forêt tropicale en l'écoutant ?

Une tribu de l'État brésilien de Pará étudie des moyens d'utiliser des téléphones portables recyclés et le machine learning (apprentissage automatique) pour lutter contre la déforestation.

Activez le son pour écouter.

La forêt tropicale amazonienne, dans toute sa majesté, est un endroit très bruyant.

Un single hurleur crie.

La pluie tombe sous la canopée.

Un oiseau marque son territoire. Un ara, pour être exact.

Mais un autre son signalant une présence étrangère gronde ici en Amazonie.

Une tronçonneuse.

L'Amazonie est la plus grande forêt tropicale humide de la planète. Elle abrite un quart de la biodiversité mondiale.

Depuis 1970, 20 % de l'Amazonie ont été détruits par la déforestation.

Le peuple indigène Tembé vit sur 2 800 km2 de forêt tropicale dans le nord du Brésil. Plus de 30 % de son territoire ont été déboisés par les incendies, l'élevage de bétail et l'exploitation illégale de la forêt.

Le chef Naldo Tembé
"J'ai été profondément marqué à l'âge de huit ans quand j'explorais la forêt pour la première fois. À l'époque, nous entendions beaucoup parler des bûcherons qui volaient du bois dans notre région. J'étais vraiment scandalisé. C'est pourquoi nous nous sommes mobilisés."

– Le chef Naldo Tembé

Naldo Tembé s'est privé d'une enfance normale pour défendre la forêt tropicale. Alors qu'il n'était qu'un enfant, il montait en effet de petits groupes avec d'autres enfants afin de repérer les bûcherons clandestins sur le territoire de la tribu, et ce à l'insu de ses parents, car le fait de surveiller ces hommes armés représentait un réel danger, surtout pour des enfants. Il a ensuite montré son engagement pour la protection de la forêt à quiconque voulait l'écouter. Son peuple y a alors prêté attention. Et c'est ainsi qu'il fut nommé chef de tribu à 15 ans.

Le chef Naldo
Le chef Naldo Tembé
"Le rôle de chef est très lourd à porter, car on vit la vie des autres et on laisse la sienne de côté. C'est très difficile. Aujourd'hui encore, alors que je suis chef depuis de nombreuses années, je ne m'y suis pas vraiment habitué."

– Le chef Naldo Tembé

Pour le peuple Tembé, la vie et la forêt sont intimement liées. Ainsi, quand des bûcherons clandestins détruisent la forêt pour le profit, ils n'abattent pas seulement des arbres, ils démolissent également la culture et le patrimoine de peuples qui ont vécu là pendant des siècles.

Alors que le chef Naldo luttait pour protéger la terre de son peuple, dans un village de l'autre côté du territoire, Dona Verônica Tembé menait une campagne destinée à aider la tribu à reprendre possession de sa culture. Elle encourageait ainsi le peuple Tembé à organiser des festivités traditionnelles et à s'exprimer non seulement en portugais brésilien mais également dans sa propre langue. Aujourd'hui, sa petite-fille Marcelina Kuda enseigne la langue Tembé à la nouvelle génération dans l'école du village, avec l'espoir que ces enfants seront les gardiens culturels de la forêt pour la génération suivante.

Kuda Tembé en train d'enseigner à ses élèves la langue Tembé dans une salle de classe.

Au cours des 30 dernières années, le chef Naldo et la tribu sont parvenus à repousser les envahisseurs et à récupérer ainsi une partie importante de leurs terres. Toutefois, le débusquage de nouvelles exploitations forestières clandestines représente toujours un vrai danger. Des bûcherons entrent en terres Tembé pendant la nuit et peuvent ainsi décimer des centaines d'hectares de forêt sans être repérés. Le bruit omniprésent de la forêt tropicale étouffe celui des tronçonneuses et des camions, rendant quasi impossible la surveillance des milliers de kilomètres carrés de forêt.

Les membres de la tribu Tembé sont des personnes bien organisées, bien éduquées et qui n'ont pas peur d'utiliser de nouveaux outils et de nouvelles technologies. Ils cherchent à collaborer. Ils ne demandent pas d'aide.

– Topher White, fondateur de Rainforest Connection

En 2014, le chef Naldo a contacté Topher White, fondateur de l'organisation environnementale à but non lucratif Rainforest Connection. Ensemble, ils se sont lancés dans un ambitieux projet visant à utiliser des téléphones Android recyclés et TensorFlow, le modèle de machine learning Open Source de Google, afin de capter en temps réel le bruit des abattages clandestins.

Comment des téléphones portables recyclés et le machine learning contribuent à protéger la terre natale du peuple Tembé

Un téléphone Android est fixé à un adaptateur d'énergie solaire et à un micro externe. Ces appareils, surnommés les "Guardians", peuvent capter des sons d'abattages clandestins jusqu'à un kilomètre de distance.

Les "Guardians" sont dissimulés très haut dans les arbres pour obtenir le meilleur signal mobile possible et accéder à la lumière du soleil afin d'être alimentés en énergie. Ils captent tous les bruits de la forêt 24 heures sur 24.

Le modèle TensorFlow de Rainforest Connection utilise le machine learning pour analyser les sons enregistrés par les "Guardians" et apprendre à identifier ceux des tronçonneuses et des camions de chargement du bois.

Quelques minutes après l'identification des données, une alerte en temps réel est transmise aux gardes forestiers Tembé (une force de sécurité restreinte, composée de villageois, qui peut intervenir et signaler aux autorités toute activité d'abattage).

Rainforest Connection remet ce même système de surveillance acoustique à d'autres partenaires luttant contre la déforestation dans cinq pays différents, dont le Pérou, l'Équateur et la Roumanie.

Aujourd'hui, le chef Naldo et la tribu surveillent leurs terres, grimpent dans les arbres pour installer et entretenir les "Guardians", et répondent aux alertes d'abattage qu'ils reçoivent. Grâce à cette nouvelle technologie, le peuple Tembé a une chance de protéger non seulement sa forêt, mais également son mode de vie tout entier.

Le chef Naldo Tembé
"C'était le grand rêve de mon grand-père, puis c'est devenu celui de mes parents. Aujourd'hui, c'est le mien. Je veux laisser le meilleur à mes enfants et petits-enfants. Nous avons de grandes espérances en ce qui concerne le futur."

– Le chef Naldo Tembé

De jeunes membres du peuple Tembé arborant des coiffures traditionnelles et de la peinture sur le visage pour célébrer leur culture.

Regardez dans le film ci-dessous comment le peuple Tembé et Rainforest Connection œuvrent ensemble à la concrétisation de cet ambitieux projet.

Haut de page