Limiter les informations personnelles

Toutes les informations ne sont pas bonnes à être criées sur les toits. Réfléchissez bien avant de partager publiquement des contenus, étant donné qu'ils pourront être copiés, partagés de nouveau et diffusés à travers le Web par n'importe qui. Sensibilisez vos enfants à la question de la protection de leurs informations personnelles en ligne. Aidez-les à publier les données qu'ils souhaitent partager et à protéger celles qu'ils veulent garder privées. Certains services, tels que Google+, proposent des paramètres de partage plus stricts pour les adolescents que pour les adultes. La plupart des services sont d'ailleurs personnalisables en fonction des besoins de chaque membre de la famille. Aidez vos enfants à distinguer les informations qu'ils peuvent partager publiquement, de celles qu'il vaut mieux réserver à un cercle restreint d'amis et de celles qui doivent rester privées.

Conseils de nos partenaires

Internet Sans Crainte

Rien à cacher, tout à montrer ? La notion de protection de la vie privée n’a rien d’évidente pour les jeunes (et les moins jeunes).

A l’heure d’Internet, il est important de faire comprendre très jeune aux enfants que le web est un espace public, même et surtout si c’est le lieu de leur vie privée. Compliqué mais essentiel. Mon nom, mon adresse, mes préférences sexuelles, mes amours, ma santé, mes opinions religieuses ou politiques… tout ceci est de l’ordre du privé et doit être protégé. N’hésitez pas à taper avec eux le nom de vos enfants sur les moteurs de recherche et les réseaux sociaux pour voir ce que l’on dit et montre d’eux. Rappelez-leur aussi qu’ils ne devraient pas exposer la vie privée de leurs amis. Et puis, s’il vous plait, montrez l’exemple en ne publiant pas de photos ou informations de vos enfants sans leur autorisation.

Paramétrez, paramétrez, paramétrez !

Configurer correctement les paramètres de vie privée avec votre enfants sur l’ensemble de ses comptes, notamment sur les réseaux sociaux est juste indispensable pour protéger sa vie privée. Et ceci très régulièrement car les règles changent souvent… et la liste de leurs amis aussi. Même s’ils prétendent le contraire, beaucoup de jeunes ne paramètrent pas correctement (ou du tout) leurs comptes. Or c’est la base.

Apprendre à remplir un questionnaire

C’est tout bête mais c’est souvent à travers des questionnaires, notamment lors d’inscriptions, que sont livrées des informations personnelles. Habituer vos enfants à réfléchir un instant avec de cliquer à ce moment-là serait une bonne habitude. Par exemple, s’il est normal de donner son adresse postale lorsque l’on commande un livre, cette information n’a pas lieu d’être demandée pour jouer en ligne… Apprendre à dire non est également un point clé. Si certains formulaires requièrent trop d’informations personnelles sans raison, alors peut-être convient-il juste de se passer du service « gratuit » qu’ils proposent ? N’imaginez pas non plus que les enfants savent forcément ce que signifient une * devant un champ à remplir ! Et rappelez-vous que rare sont les internautes qui lisent les fameuses Conditions Générales d’Utilisation avant de s’engager. Vous le faites avec eux ?

Calysto

«Prendre connaissance en famille des Conditions Générales d’Utilisation des sites ou applis que vos enfants utilisent est nécessaire ...»

Une fois encore, à l’heure où de nombreux adultes, personnalités publiques, inondent les réseaux sociaux et autres plateformes de contenus personnels touchant très souvent à leur plus stricte intimité il serait utopique d’imaginer que vos enfants/adolescents n’en fassent pas de même. Toutefois, il est important de leur rappeler quelques règles fondées sur le bon sens : toute information publiée en ligne ne nous appartient plus, dès lors que d’autres internautes ou sites peuvent les exploiter à leur guise le plus souvent sans notre consentement. Nous vous conseillons vivement de lire avec vos enfants et avec attention les Conditions Générales d’Utilisations (CGU) de tous ces sites dont ils raffolent afin que chacun puisse prendre ses responsabilités et soit averti de ce qui l’attend. Certes ces textes sont parfois complexes et pas simple à expliquer ou à comprendre y compris pour un adulte. Il nous semble pourtant très important de le faire car cette démarche commune sera une première pierre à l'édifice fondateur d’un dialogue familial autour des bonnes pratiques des outils du numérique.

«Réfléchissez avant de poster ...»

Soyez clairs avec vos enfants quant à leurs publications en ligne qui concernent souvent des photos ou des vidéos personnelles. Ces données sensibles seront quasiment indestructibles et continueront vraisemblablement à vivre et circuler sur le web une fois qu’ils seront étudiants et adultes ... puis parents à leur tour. Il peut paraître amusant de vouloir publier une vidéo de soi au cours d’une soirée entre copains, mais la trouveront-ils toujours amusante dans 4 ou 5 ans ? Que penseront les entreprises qui pourraient vouloir recruter vos enfants, ne serait-ce que pour un stage et ce, dès la classe de troisième ? N’hésitez pas être fermes sur ces points très importants, utilisez toujours, en les avertissant au préalable, des outils qui existent aujourd’hui et qui permettent d’être informés des publications que font vos enfants et de pouvoir en discuter avec eux. N’hésitez pas à prendre contact avec nos équipes pour en savoir plus.

«Ce qui s’applique à soi s’applique aux autres ...»

Ceci peut paraître du bon sens mais n’est pas si simple à faire respecter et pourtant, cela peut éviter bien des mauvaises surprises.

Dans une société de plus en plus procédurière incitez vos enfants/adolescents à la prudence quant aux contenus qu’ils peuvent publier et qui concernent souvent d’autres enfants ou ados. En effet, en France, le droit à l’image est une notion très encadrée par la loi: la publication de photos ou de contenus de mineurs ne peut se faire sans le consentement de ses parents. Ainsi, en pratique, et dans le respect de la loi, vos enfants ne peuvent publier de photos ou de vidéos sur Internet qui concernent certains de leurs ami(e)s sans le consentement écrit des parents de l’enfant concerné. Quel est le risque ? L’article 9 du code civil et l’article 226-1 du Code Pénal punit d’un an d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende le fait de porter atteinte à l’intimité de la vie privée d’autrui « en captant, enregistrant ou transmettant sans le consentement de leur auteur, des paroles prononcées à titre privé ou confidentiel » ou « en fixant, enregistrant ou transmettant, sans le consentement de celle-ci, l’image d’une personne se trouvant dans un lieu privé ».

Même si les cas de parents qui attaquent d’autres parents restent rares, cette situation peut évoluer et vous n’êtes pas à l’abris de poursuites en cas d’infraction constatée.

Point de Contact

  1. Divulguer le moins d’informations personnelles possibles sur Internet, ou le faire sur des sites de confiance ou sécurisés (en « https »);
  2. Régler strictement ses paramètres de confidentialité sur les réseaux sociaux et vérifier régulièrement leur fonctionnement ;
  3. Des logiciels de contrôle d’activité, souvent directement intégrés aux logiciels de contrôle parental, permettent d’empêcher un enfant de fournir à un éventuel adulte malveillant, des informations sensibles pouvant le mettre en danger (nom de famille, adresse, téléphone, nom et adresse de l'école, etc).

E-enfance

  1. Sur les réseaux sociaux, paramétrer la confidentialité et restreindre l’accès du profil aux seuls amis. Ne pas se faire passer pour plus âgé que l’on est afin de ne pas recevoir de contenus non adaptés à son âge réel.
  2. Ne pas exposer sa vie privée et ses photos ou vidéo personnelles sur Internet, sous peine de les voir affichées sur des sites indésirables. Respecter la même règle pour les membres de sa famille (parents, frères et sœurs..).
  3. Faire une recherche sur Google ou WebMii pour vérifier ce qui apparaît sur les différents membres de la famille

Outils de sécurité

Découvrez les outils de sécurité Google conçus pour aider votre famille à surveiller sa réputation en ligne.

YouTube

Gérer les commentaires sur YouTube

Si un utilisateur publie des commentaires gênants sur vos vidéos ou votre chaîne, vous pouvez le bloquer sur YouTube. De cette manière, il ne pourra plus commenter vos publications ni vous envoyer des messages privés.

En savoir plus

Pour bloquer quelqu'un sur YouTube, accédez à la page de sa chaîne, dont l'URL devrait se présenter comme suit : www.youtube.com/user/NOM.

Accédez à l'onglet "À propos", puis cliquez sur l'icône en forme de drapeau.

Enfin, cliquez sur "Bloquer un utilisateur".

YouTube

Partager ses vidéos avec un public choisi

Que vous souhaitiez rendre votre vidéo publique, la partager avec quelques amis ou la conserver à titre privé, vous disposez du paramètre de confidentialité adéquat. Sur YouTube, les vidéos sont publiques par défaut, mais vous pouvez aisément modifier les options de la section "Paramètres de confidentialité" lorsque vous en importez une. Si vous changez d'avis par la suite, vous pouvez modifier le paramètre de confidentialité des vidéos déjà importées.

En savoir plus

Pour modifier les paramètres de confidentialité, accédez au gestionnaire de vidéos.

Identifiez la vidéo concernée, puis cliquez sur le bouton "Modifier".

Ouvrez le menu déroulant "Paramètres de confidentialité".

Sélectionnez "Publique" pour partager votre vidéo avec tous les internautes, "Non répertoriée" pour la partager avec des utilisateurs disposant du lien permettant d'y accéder ou "Privée" pour la partager avec des utilisateurs spécifiques.

Cliquez sur "Enregistrer les modifications".

Google+

Bloquer les tags ou les commentaires indésirables

Si vous ne souhaitez plus voir les posts d'un utilisateur sur Google+, vous pouvez bloquer cette personne : sur son profil, sélectionnez l'option "Signaler/Bloquer [nom de la personne]". Vous pouvez également masquer certains posts pour ne plus les voir apparaître dans votre flux.

En savoir plus

Pour bloquer quelqu'un, accédez à son profil depuis un ordinateur de bureau.

Sur le côté du profil, cliquez sur "Signaler/Bloquer [nom de la personne]".

Confirmez votre choix.

Google+

Choisir les personnes dont vous souhaitez suivre l'activité

Que faire lorsqu'un utilisateur vous ajoute à ses cercles, alors que vous n'avez pas l'intention d'interagir avec lui ? Si vous ne souhaitez pas le bloquer, contentez-vous de le masquer. Vous ne recevrez plus de notifications concernant cet utilisateur ou sa page.

En savoir plus

Ouvrez Google+.

Accédez au profil ou à la page de l'utilisateur en question.

Cliquez sur la flèche située sous sa photo de profil et ses informations.

Sélectionnez "Masquer [personne/page]".

YouTube

Contrôler les discussions relatives à vos vidéos

Vous pouvez très facilement modérer les commentaires sur votre chaîne YouTube. Ainsi, vous avez la possibilité de supprimer des commentaires, ou de ne publier les commentaires de certaines personnes ou contenant certains mots clés qu'après les avoir contrôlés.

En savoir plus

Pour modérer un commentaire, cliquez sur la flèche dans l'angle supérieur droit de celui-ci afin d'afficher vos options.

Cliquez sur "Supprimer" pour retirer le commentaire de YouTube.

Sélectionnez "Exclure de la chaîne" pour empêcher l'utilisateur de poster d'autres commentaires sur vos vidéos et votre chaîne.

Dans la section Commentaires des paramètres, vous pouvez désactiver complètement les commentaires ou demander à les approuver avant publication.

Grâce aux paramètres des commentaires, vous pouvez empêcher certains utilisateurs de publier des commentaires sur votre chaîne et bloquer ceux contenant certains mots.

Autres outils de sécurité